Carte  |   Contact  |   A propos...  |   Admin  | 
france porno

RUBRIQUES

ACTUALITES





Imprimer le TopoLE MONT-BLANC - 4810M (PAR LA VOIE NORMALE)  


Le Mont-Blanc vu depuis Chamonix
Itinéraire: Aller / Retour
Difficulté:
Altitude du sommet: 4810m
Dénivelé montée: 3520m
Dénivelé descente: 3520m
Durée: 3J
Massif: Mont-Blanc
Carte: IGN TOP25 3531ET
Fichier CartoNav™: non
Equipement spécifique: Matériel de haute montagne, Bâtons de marche

Le Mont-Blanc, dôme de neige aux courbes harmonieuses, contraste avec les glaciers brisés qui descendent de ses flancs presque jusqu'à Chamonix.
Dominant du haut de ses 4810 mètres toute la chaîne alpine, le Mont-Blanc est le point culminant de l'Europe de l'ouest. Il attire comme un aimant les alpinistes du monde entier qui veulent eux aussi fouler ce somment mythique.

Texte extrait du DVD 'Le Mont-Blanc' de 

Bien que la course ne présente pas de réelles difficultés techniques, il ne faudra pas sous estimer les effets de l'altitude.
Une bonne condition physique est indispensable.
La marche avec des crampons doit être maitrisée, notamment sur terrain mixte pour la montée au refuge du Goûter en cas de neige ou de glace.


 Itinéraire de la voie Normale :


Ne vous engagez pas seul ou sur un itinéraire de haute montagne sans avoir les connaissances minimum requisent.


1er jour : Chamonix - 7 octobre 2006 - 7H00 du matin

Il pleut des cordes... Ma course vers le refuge du Gouter semble compromise. J'ai tout de même confiance en météo France qui prévoit la fin des précipitations pour le début d'après midi et surtout trois belles journées à suivre.
Me voilà donc parti pour le hameau de Bionnasay à 1400m d'altitude. Un grand parking en bout de route permet de garer sa voiture. Il ne pleut plus, mais le temps est encore incertain.
A droite du parking, face à la montagne, j'emprunte un sentier qui monte tranquillement vers les trois ou quatre chalets du Planet. Le sentier devient plus raide, puis traverse en Balcon en direction du chalet de l'Are.

Il recommence à pleuvoir légèrement. Le soleil et les nuages jouent a cache cache, ce qui occasionne la formation d'un bel arc en ciel.
La vallée de l'Arve


Arrivée à l'intersection Col de la Voza et du chalet de l'Are, une pancarte indique que le sentier du nid d'Aigle est fermé. Je m'oriente donc vers le col de la Voza. Je débouche à Bellevue, point d'arrêt du Tramway du Mont-Blanc en saison estivale. Un beau soleil est de la partie.
De Bellevue il est possible de suivre la voie ferrée jusqu'au Nid d'Aigle ou d'emprunter le sentier en balcon (passages délicats) qui débouche au col du Mont Lachat. J'opte pour le deuxième itinéraire. Arrivé au col, la pluie est de retour. De là, je remonte la voie jusqu'au Nid d'Aigle. Il s'est arrêté de pleuvoir.... Je remonte le desert de Pierre Ronde jusqu'à la baraque des Rognes. Une fine couche de neige est présente, il n'y a pas de trace de passage. Quelques Caïrns permettent de s'orienter.

Il existe deux chemins pour atteindre la baraque des Rognes. Avec présence de neige, je préfère rester sur le chemin au pied des rochers.
La baraque des Rognes


A la baraque, je me dirige vers une sorte d'arête rocheuse en suivant les traces de peintures rouge.
L'arête est parfois équipée de câbles métalliques. La couche de neige est plus épaisse, environ 15-20cm par endroit.
L'Aiguille du Goûter


Je débouche sur le glacier de Tête Rousse, qu'il faudra traverser pour atteindre le refuge du même nom. Soudainement les nuages qui montaient lentement de la vallée, enveloppent le refuge qui est juste devant moi, pourtant je ne le vois plus.

J'ouvre la porte du refuge...


Le refuge de Tête Rousse


Une personne est déjà sur place. En échangeant quelques propos avec elle. J'apprends que le Grand Couloir est recouvert d'une épaisse couche de neige et que la montée au Gouter est difficile. Ce qui me fait réfléchir.... seul comme je l'avais prévu, je ne m'engagerai pas dans cette paroie. les chutes de neige de la veille ont recouverts la roche... Que faire....? Je verrai plus tard...

Un second alpiniste nous rejoint...son objectif le refuge du Gouter, puis ???
Ayant les mêmes objectifs, il me propose de l'accompagner.. à deux, en partant tôt c'est tout à fait jouable. D'autant plus que la météo est prévue très bonne. Je site "Un été indien" selon Météo France.

Demain il faudra gravir cette impressionnante paroie rocheuse.
650m plus haut, le refuge du Gôuter...
La paroie et le Grand Couloir du Goûter


Nous sommes au-dessus d'une mer de nuages.
Le coucher de soleil est magnifique. Le ciel est flamboyant encore quelques minutes et le soleil disparaitra derrière les nuages...
Coucher de soleil à Tête Rousse


2ème jour : Tête Rousse - 8 octobre 2006 - 4H00 du matin.

Crampons aux pieds, nous remontons le glacier de Tête Rousse, pour atteindre la base des rochers Rouge. C'est une belle nuit de pleine lune. Il n'y a pas de vent. Le ciel est clair et l'air n'est pas très froid. Nous sommes au bord du Grand Couloir. La neige est épaisse, mais encore durcie par le froid de la nuit. Et sans difficulté, nous traversons le couloir.
La montée au refuge du Goûter


Vachés sur les câbles métaliques, nous remontons la paroie qui nous mène au refuge du Goûter.

6H30, nous atteignons le refuge.

Le refuge du Goûter


Nous montons le Dôme du Goûter.
La barre symbolique des 4000m est dépassée, les effets de la haute altitude commence à ce faire ressentir.

Nous franchissons deux ou trois creuvasses par des ponts de neige.
Une barre de sérac est juste au-dessus de nous. Il faudra la contourner par la droite.
Au retour, nous nous apercevrons que la partie frontale de cette barre s'est effondrée sous l'effet du soleil.
Montée au Dôme du Goûter


4300m : Au Dôme du Goûter

Arrivée au sommet du Dôme (légèrement en contre-bas), le Mont-Blanc est là, devant nous, dans toute sa splendeur.

Au premier plan, le col du Dôme.
Puis le refuge Vallot, l'arête des Bosses et le Mont-Blanc.
Le Mont-Blanc vu du Dôme du Goûter


4350m : Refuge Bivouac Vallot

La pente montant au bivouac Vallot est courte mais raide.
La montée est difficile, le corps se fatigue rapidement.

Je monte doucement, très doucement. Un trentaine de pas, puis une petite pause de quelques secondes et ainsi de suite...
Bien que je n'ai pas les symptômes du MAM. J'adopte ce rythme, pour mettre toutes les chances d'arriver au sommet de mon côté.
Le refuge bivouac Vallot


4500m-4700m : L'arête des Bosses

Certains passages de l'arête des Bosses sont impressionnants. Il faut marcher sur le fil.
Le versant Italien chute rapidement, quasiement 500m d'apic !
Malgré la fatigue, le pas doit être sûr. Pas de place pour le vertige ou pour des appréhensions.
L'arête des Bosses


La pente s'adoucie et l'espace de marche s'élargie.
Mais ce 'repos' sera de courte durée. La pente s'accentue sérieusement dans les derniers mètres.

Encore quelques secondes et nos efforts seront récompensés.
Il ne s'agit pas de forcer si près du but, je continue sur le même rythme. Doucement mais sûrement !
Le sommet n'est plus très loin...



L'arrivée au sommet

Chamonix, 3700m plus bas !


4810m - Sommet du Mont-Blanc !

L'accomplissement d'un rêve !...

15h45 - Il nous aura fallu environ 10H depuis le refuge de Tête Rousse pour atteindre le sommet du Mont-Blanc.
Nous nous félicitons et prennons quelques photos...

La température est "douce", nous aimerions rester là à contempler cet impressionnant panorama qui s'offre à nous. Mais il faut déjà penser au retour vers le refuge du Goûter...
Sommet du Mont-Blanc



Moi !

Sébastien


Retour...

Traversée du col du Dôme.
Cette vaste étendue de neige est réputée pour être "pomatoire" en cas de mauvais temps.
Pour nous, pas de problème. Le temps est toujours au beau fixe et le soleil commence à se coucher...
Au col du Dôme


19H06 - Le soleil se couche.
Le Dôme du Goûter est derrière nous, il nous faut encore remonter quelques mètres à l'aiguille du Goûter.
L'aiguille de Bionnassay, soleil couchant


A l'Aiguille du Goûter, juste avant d'arriver au refuge le spectacle est magnifique :

A l'Ouest, le soleil qui disparait sous un horizon de nuages.
A l'Est, la lune qui se lève au-dessus des Aiguilles de Chamonix, des Drus, de la Verte, des Courtes et des Droites.
Levé de Lune


3ème jour : 9 octobre 2006 - 6H45 du matin - Descente de la paroie du Goûter.

La neige est durcie par le froid de la nuit.
Le ciel est dégagé, mais le froid et le vent sont présents...

Nous nous engageons dans la paroie en direction du glacier de Tête Rousse.

Descente de la paroie du Goûter


La neige du Grand Couloir est épaisse.
Il est sage de s'assurer au câble pour effectuer la traversée !

Traversée du Grand Couloir du Goûter


Désert de Pierre Ronde...
Une harde de bouquetins pait les quelques touffes d'herbes qu'ils peuvent trouver entre les cailloux.

Le retour se fera sous un beau soleil en longeant la voie de chemin de fer jusqu'à la station de Bellevue, puis direction Bionnassay.

Nous rencontrerons les ouvriers du TMB remettant la voie en état pour que celle-ci soit prête pour les futurs alpinistes et randonneurs qui emprunteront le Tramway cet hiver.

12H45 nous arrivons au parking de Bionnassay....
Bouquetin dans le desert de Pierre Ronde



Un GRAND MERCI à Sebastien, sans qui je ne me serais lancé dans cette aventure...


Haut de page
PHP5 Powered /  Optimisé pour Safari MàJ le 06 Mai 2018 / 2616 visites